Chronologie 1629 à 1968


Ressources - chronologie

v. 1629 : Naissance de Noël Jérémie dit La Montagne en Champagne (DBC)

1659 : Mariage de Noël Jérémie avec Jeanne Pelletier. Jeanne Pelletier est est la fille de Nicolas Pelletier, famille de pionniers sur la Côte-Nord (DBC)

1665 : Noël Jérémie s'associe avec Charles Amiot, Guillaume Couture et Sébastien Prouvereau pour faire "voyage aux nations nommés Papinachoises et aux nations du Nord " (DBC)

1670 : Première mention d'une mission chez les Papinachois par le père Albanel  (Victor Tremblay : 1941, p.4)

1672 : Première mention des Îlets-Jérémie dans un acte de baptême d'une jeune Amérindienne (Victor Tremblay : 1941, p.5)

1674 : Le poste des Îlets-Jérémie fait partie du Domaine du Roi (Victor Tremblay : 1968, p.?)

1676 : Noël Jérémie est commis à Métabetchouan (DBC)

v. 1681 : Construction d'une chapelle à la baie des Papinachois par le père de Crespieul : "La construction fut commencée en 1679 ou 1680 et terminée en 1681-1682" (Victor Tremblay : 1941 p. 5)

1690 : Noël Jérémie est commis à Chicoutimi (DBC)

1693 : Noël Jérémie est commis au poste de traite de Tadoussac (DBC)

1702 : Le père Louis André fait restaurer la chapelle de la baie des Papinachois (Victor Tremblay : 1941, p. 8)

1723-1724 : Le père Laure hiverne à la mission des Îlets-Jérémie

1730 : La chapelle de la baie des Papinachois n'existe plus à cette date : "Anciennement ils avoient une jolie chapelle située avec leur village dans une grande baye a 4 lieues du nouvel établissement des Îlets." Con comprend aussi que le poste est maintenant situé aux Îlets-Jérémie (Père Laure dans Arthur P. Jones : 1890, p. 63-64)

1732 : On parle maintenant du poste des Îlets-Jérémie et non des Papinachois : "Dans l'énumération des postes en opération à ce moment (1732) le nom des Îlets de Jérémie apparaît à la place de celui des Papinachois". Le poste de traite, des Îlets-Jérémie, a été abandonné un certain temps, tout comme la majorité des postes de Traite de Tadoussac, mais ses activités sont reprises en 1732 (Victor Tremblay : 1941, p.10)

1735 : Construction d'une chapelle aux Îlets-Jérémie : "20 martres et 2 beaux loups cerviers, un ici (Chicoutimi) et l'autre aux Îlets donné à moy en présent et que j'ai conservé pour avoir une cloche aux Îlets où cette année les Français et les Sauvages ont abattu et porté sur le chantier des pieux pour faire une chapelle et une petite chambre au missionnaire qui jusqu'ici a toujours couché sous sa toile d'emballage". (Père Laure cité dans Victor Tremblay : 1941, p.11) Cette chapelle fut détruite par le feu. On ne connaît toutefois pas la date de sa destruction (J.-P. Bélanger : 1989, p.20)

1737 : Dans un inventaire du poste de traite des Îlets-Jérémie, il est fait mention de la nouvelle chapelle. Outre la nouvelle chapelle on retrouve aux Îlets-Jérémie : une maison de colombage, un magasin, une vieille fonderie, un vieil hangar, une grande cave pour les huiles, une étable et un four de terre (Diane Caron : 1984, p.107-108).

1762 : Affermage des Postes du Roi dont fait partie le poste des Îlets-Jérémie. Les premiers locataires sont Thomas Dunn et John Gray (Russel Bouchard : 1989, p.193)

1767 : Une nouvelle église est construite par François Verreau et bénit par le père Jean-Baptiste Labrosse (Damasse Potvin : 1928,p. 39)

1782 : Décès du dernier jésuite missionnaire, le père Labrosse. À partir de cette date, ce sont des prêtres séculiers qui s'occupent des missions (Damasse Potvin : 1928, p.7)

1786 : Le bail de Dunn et associés est cassé et le monopole est octroyé au groupe de François Baby, Alexandre et Georges Davison. Selon un inventaire fait par Edward Harisson cette année-là, le poste des Îlets-Jérémie "est le seul comptoir occupé en permanence : on y retrouve une "grande-maison" avec dépendances, une boutique et un entrepôt. Les rédisents des Îlets-Jérémie s'enorgueillissent d'être les seuls des environs à posséder une petite église" (Russel Bouchard : 1989, p.199)

1788 : Les Davison sous-louent les Postes du Roi à la Compagnie du Nord-Ouest (Russel BOuchard : 1989, p.201)

1821 : La compagnie de la Baie d'Hudson achète les droits de la Compagnie du Nord-Ouest (Russel Bouchard : 1989, p.207)

1822 : Location par encan public des Postes du Roi pour une période de 40 ans par John Goudie (Russel Bouchard : 1989, p.212)

1823 : John Goudie vend ses droits à James McDougall (Russel Bouchard : 1989, p.214)

1824 : James Mcdougall vend ses droits à William Lampson (Russel Bouchard : 1989, p.214)

1831 : La Compagnie de la Baie d'Hudson achète les droits sur les postes de traite à William Lampson (Russel Bouchard : 1989, p.217)

1842 : Renouvellement du bail des Postes du Roi à la Compagnie de la Baie d'Hudson pour 21 ans. Ce renouvellement compte seulement pour la location des bâtiments et des terrains où ils se situent, le territoire étant ouvert à la colonisation (Russel Bouchard : 1989, p.226)

1844 : Les oblats sont maintenant responsables des missions (Gaston Carrière : 1961, p.301)

1849 :  Le centre nerveux des Postes du Roi est maintenant aux Îlets-Jérémie (Russel Bouchard : 1989, p.227)

1850 : Fin des travaux de rénovation de la chapelle de 1767 par le père Durocher.

1854 : Fondation de la mission de Betsiamites. Début des travaux de construction de la chapelle de Betsiamites (Gaston Carrière : 1961, p. 311)

1855 : Les oblats abandonnent la desserte des Îlets-Jérémie et se transportent dans la nouvelle réserve de Betsiamites (Gaston Carrière : 1961, p. 311)

1859 : La Cie de la Baie d'Hudson déménage le poste de traite des Îlets-Jérémie aux abords de la mission de Betsiamites. (Esther Laforte : 1994, p.36) La nouvelle église de Betsiamites est terminée (Gaston Carrière : 1961, p.311)

1860 : Une première demande de réserve pour les Amérindiens est faite pour les Îlets-Jérémie. La demande est refusée mais le terrain leur est cédé.

1861 : Création de la Réserve indienne de Betsiamites (Pierre Frenette)

1861 : Création d'une ferme alimentaire aux Îlets-Jérémie pour fournir l'hôpital construite la même année pour les Montagnais à Betsiamites. Cet hôpital est un asile pour les infirmes et les orphelins (Gaston Carrière : 1961, p.318)

1862 : Les oblats s'installent à demeure à Betsiamites (Gaston Carrière : 1961, p.319)

1903 : Arrivée des pères eudistes au Canada

1911 : Départ des oblats de Betsiamites. (Gaston Carrière : 1961, p.319) Les eudistes leur succèdent.

1913 : Démolition de la chapelle de 1767

1936 : Début de la colonisation de Sainte-Thérèse de Colombier

1938 : Arrivée du père Arthur Gallant comme missionnaire à Sainte-Thérèse de Colombier

1939 : Construction d'une nouvelle chapelle aux Îlets-Jérémie par le père Gallant (Esther Laforte : 1994, p.46)

1940 : Première messe célébrée en l'honneur de Sainte Anne. La tradition se poursuit dans les années subséquentes avec messe et procession.

1947 : Achat du terrain de la chapelle à M. Moïse Fortin

1962 : Construction du presbytère

1963 : Achat de 8 acres de terrain à M. Moïse Fortin.

1966 : Construction d'une grande salle pour les pèlerins.

1967 : Rénovation extérieure et intérieure de la chapelle

1968 : Reconstruction du kiosque d'accueil

  • image1
  • image2
  • image3
  • image4
  • image5
Conseil municipal : deuxième mardi de chaque mois
Volley-ball : lundis 19h30 à 21h30
Hockey cosom : mardis 18h30 à 21h30
Avis d'ébullition préventif pour le secteur Ste-Thérèse
Nouveau site en ligne
Septembre 2017
D L Ma Me J V S
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Avis public d'élection


Voici l'avis public d'élection 2017. Notez que les élections auront lieu le 5 novembre prochain. 

Lire la suite...

Début des activités à la serre de Colombier


Depuis le 24 avril dernier, les activités ont recommencé à la serre de Colombier. Les employés ont bien préparé le bâtiment à la culture et les légumes ont été plantés le 8 mai. Les tomates et concombres seront prêts plus tôt cette saison!

Lire la suite...

Collecte des encombrants


La collecte des encombrants aura lieu le lundi 29 mai 2017 à Colombier. Veuillez disposer vos grosses ordures sur le bord de la rue pas plus tôt que deux semaines à l'avance. 

Lire la suite...